Un nouvel emploi en Asie, une nouvelle maison en France - prenez la vie en main!

Un nouvel emploi en Asie, une nouvelle maison en France – prenez la vie en main!


Il y a quelques semaines, je vous avouais que je n'irais plus … Je rêvais de rentrer chez moi, un havre de paix où je pourrais revenir de mes prochains voyages. J'ai raté mon propre réfrigérateur, une cuisine saine, toujours de l'eau chaude et une serviette douce. J'ai également manqué mes tâches quotidiennes, mon propre bureau où un autre livre pourrait être créé et de nouveaux défis professionnels (horreur!). Je vous ai également mentionné que nous avons trouvé un endroit qui a une chance de devenir notre maison. Je n'ai pas annoncé ce qu'était cet endroit, car il y avait encore beaucoup de doute dans ma tête, et quelque part au fond de mon cœur était la peur (oui, la peur) de savoir si c'était une bonne décision de déménager dans ce bout du monde.

Lorsque nous sommes rentrés en Europe à la mi-octobre après 15 mois de voyage à travers l'Asie et l'Amérique du Sud, nous avons parlé de notre plan avec de moins en moins d'enthousiasme et le plan était de retourner en Équateur en mai. Oui, en Équateur, nous devons nous installer de façon permanente, en Équateur, nous devons créer nos propres entreprises, en Équateur, nous devons essayer de trouver de nouveaux amis. Nous sommes revenus avec l'idée de voir ce que les semaines à venir nous apporteraient et nous nous sommes donné le temps de nous convaincre de cette décision importante.

La France est une alternative depuis le début. Dès le départ, mes arguments étaient le coût élevé de la vie, l'incapacité de trouver un emploi et le manque de français. Croyez-moi ou non, mais connaître une langue étrangère n'affecte par magie personne en raison de partager une vie avec un Français, les mots ne passent pas par le toucher (et je le touche beaucoup, il n'y a aucun doute ici). Le manque de compétences linguistiques est suivi de l'impossibilité de trouver un emploi, ce qui crée un mur d'impossibilité face au coût élevé de la vie. Mais avant même de monter à bord de l'avion intercontinental en route vers l'Europe, mon partenaire savait déjà qu'une offre d'emploi intéressante attendait en France. Un instant plus tard, des amis communs ont proposé de louer une maison dans les Alpes françaises. Soudain, j'étais à deux pas de la réalisation de trois rêves: vivre dans un petit village dans les montagnes où les pages de mes prochains livres se dérouleront dans la chaleur de la cheminée, partager la vie quotidienne avec un groupe d'amis vivant sous un même toit et développer mon passion de l'escalade en herbe. Deux questions s'opposaient: les compétences linguistiques et l'argent. La langue s'apprend – c'est évident. La vie peut être organisée, même sans une bonne connaissance de celle-ci (comme je l'ai fait en Chine). Mais où pouvez-vous obtenir de l'argent pour une vie chère en France si les revenus de votre blog peuvent financer vos besoins quotidiens plutôt en Thaïlande bon marché?

Je n'aime pas quand l'argent ou plutôt le manque d'argent croise mes projets. Je n'aime pas quand mes proches doivent abandonner quelque chose (ici de belles opportunités de travail) à cause de moi. Je n'aime pas prendre la voie facile, je n'aime pas avoir peur. Je ne forcerai pas mon partenaire à prendre des risques dont je ne suis pas convaincu (nos plans pour l'Équateur ici). Je ne peux pas imaginer y consacrer ma vie financièrement. L'indépendance est quelque chose qui, en plus de l'amour, doit vraiment être heureux. J'ai donc décidé de prendre les choses en main et de chercher de nouvelles opportunités d'emploi.

Je me suis demandé ce que je pouvais faire, ce que j'aimais, ce dans quoi j'étais bon, j'avais imprimé mes cartes de visite et je me suis mis au travail. Je suis d'abord allé à l'International Travel Fair. Je n'ai pas attendu une invitation spéciale à une réunion dédiée. Lors d'un jour ouvré fermé pour les visiteurs, où j'ai entré l'entrée médiatique pour moi en tant que blogueur, j'ai abordé les positions des pays dont les organisations touristiques (qui s'occupent de la promotion d'un pays ou d'une région donné) ont, à mon avis, quelque chose à offrir car fait partie de la collaboration commerciale. Dans la plupart des cas, j'ai rencontré un grand intérêt, ce qui s'est traduit par mes voyages de parrainage. Ensuite, j'ai parlé à des entreprises que j'avais (également à mon avis) quelque chose à offrir. Quelque chose qui m'a fait me démarquer des autres candidats potentiels. Potentiellement, car aucune de ces entreprises n'est employée. Et tu sais quoi? Toutes les (!) Entreprises que j'ai contactées étaient intéressées par ma candidature. J'ai choisi celui que je connaissais le plus, avec qui je me connectais bien et dont le propriétaire était immédiatement si cool que je m'entendais avec cette fille. De cette façon, j'ai commencé à travailler avec Discover Asia en organisant des voyages de randonnée sur mon continent bien-aimé. Si vous souhaitez partir avec un guide de voyage au Cambodge, en Thaïlande ou en Indonésie, consultez ICI.

Je n'ai pas attendu un miracle, je n'ai pas pleuré sur mon sort, je n'ai pas attendu le bon moment, une situation favorable. Avais-je peur bien sûr! Avais-je honte? Et comment! Mais que dois-je perdre? Je n'ai pas trouvé grand-chose. J'ai donc pris la réalisation de mes rêves entre mes mains, ici et maintenant, alors je m'assois près de la cheminée à la maison dans un petit village des Alpes françaises et avec le sourire je pense à la nouvelle année car je pense que quand tout va bien, c'est un signe que nous avons choisi de bonnes manières. Et je vous écris à ce sujet parce que je pense aussi que rien ne sera fait par lui-même, nous devons créer nous-mêmes une vie merveilleuse. Retroussez vos manches et faisons-le!


Vous ne voulez manquer aucune entrée? Cliquez ICI et abonnez-vous à la newsletter!

Aimez-le Essayez! Votre recommandation beaucoupil sera content pour moi.