Tribune de la musique spontanée: Steve Swell, Mats Gustafsson, Roscoe Mitchell, Joe McPhee, Ken Vandermark, Herb Robertson, Mikołaj Trzaska et autres.

Tribune de la musique spontanée: Steve Swell, Mats Gustafsson, Roscoe Mitchell, Joe McPhee, Ken Vandermark, Herb Robertson, Mikołaj Trzaska et autres.

Steve Swell présente: Rivers Of Sound Ensemble Nouvelles de Mystic Auricle (Pas deux, 2008)


La seule véritable cause de fierté nationale, la marque Cracovie Not Two, chaque année
nous digne avec le nouvel album du remarquable tromboniste américain Steve Swell. sur
grande production de studio "Remember Now" (alors le mien
Album de l'année) et un concert un peu moins impressionnant "Live at the Vision
Festival, «Des nouvelles du présent débarquent chez nos joueurs
Auricule mystique. "L'arrière de la formation, changeant souvent de nom (dans ce
Swell est particulièrement créatif), mais il reste inchangé – avec
leader ici, nous trouvons un grand saxophoniste Sabir Mateen et bien
batteur compétent Klaus Kugel. Le premier album de Not Two a été créé en
le quatuor, l'autre dans le quintette (piano), et cela aussi dans le quintette avec participation
trompettiste Roy Campbell (recommandation, je pense, superflue). Ce record volumineux
(70 minutes), comme le nom de la formation, est dédié à Sam Rivers, un
apporte une dose très énergique de free jazz dans le meilleur sens du terme
délai tordu. Gonflez la mélodie et la dureté du son de Mateen
il a été confronté au lyrisme éthéré et presque libre de Campbell –
grâce à cela, un feu d'artifice digne d'un résumé annuel a été créé. long,
improvisation poussée au niveau cosmique. Hautement recommandé!

Steve Swell – David Taylor Quartet Double diploïde (CIMP, 2007)

Je recommande fortement une exploration approfondie des images signées avec le nom de Steve
Swell! Ne vous arrêtez pas sur les CD sortis dans Not Two! Eh bien par exemple pour
grandes ressources pour l'écurie audiophile CIMP!
Ici je propose un quatuor mortel composé de deux trombones (le nôtre
le héros – 54 ans – est accompagné d'un autre tromboniste plus âgé – David
Taylor, 44 ans) et deux tambours. Musique avec beaucoup de sonorités,
car la pauvreté instrumentale est évidente ici. Beaucoup plus
instruments, y compris vibraphone, percussions, échelles très variées
expression. Des explosions d'improvisations juteuses s'accompagnent de moments de trombone
. reveries Une rencontre intéressante avec des joueurs de trombone déjà jeunes avec un vétéran de la batterie
Warren Smith, 34 ans, et un voleur dans cette entreprise – Chad Taylor
(an 73, probablement sans parent avec David). Huit pleine taille
des histoires de jazz, et au début c'est probablement la plus paisible. Ne vous laissez pas berner
la trompant, car le feu ne manque pas ici. 100% recommandation!

Figures, structures et petit ensemble de Sabir Mateen prophéties
Venez passer
(577 entrées, 2006)

Qui d'autre peut se souvenir de l'excellent album de Steve Swell et de son Slammin & # 39;
The Infinite for Not Two de l'année dernière (il y a aussi un nouveau concert
édition) devrait atteindre ce disque. Composition presque la même, mais le chef lui-même
changer. Ici dans le rôle d'un maître un grand instrumentiste à vent
Sabir Mateen (il a visité la Pologne deux fois l'année dernière). enregistrement de concert,
"pris" avec probablement un microphone (son très non sélectif, comme dans
dans les moments d'improvisation collective on entend le mur
un son difficile à explorer avec précision et à profiter pleinement
écoute). Véritable viande de jazz libre. Les compositions de Mateen ont beaucoup
blues, donc caractère communicatif. Sur la base du disque Swell ci-dessus, il
seulement un frère plus jeune et déboutonné, mais qui vaut la peine d’être
voiture …

Guy / Gustafsson / Bataille
Tarfala (Maya
Admissions, 2008)

Après de nombreuses années (presque une douzaine), Barry Guy et Mats Gustafsson se rencontrent à nouveau
formule improvisation / jazz gratuite. Pour la troisième fois avec Raymond
Marchez à la batterie (ils ont aussi un merveilleux épisode en duo!). pas
façon de ne pas comparer "Tarfala" avec ces enregistrements. personnellement
Je remarque une légère différence – Mats Gustafsson est déjà un autre saxophoniste.
Plus expressif, plus confiant dans ses vents et ses chocs,
plus dominant dans le fastidieux processus d'improvisation collective. Ce n'est plus
ce jeune garçon, un peu caché derrière la basse puissante de Guy (bien qu'après
et il jouait déjà des sons incroyables!). 66 minutes diaboliques
le concert de l'an dernier, en quatre parties, sorti en Irlande par
Maya charmante. Les sections Guy / Stride sont parfois très jazzées (cela aussi
toute nouvelle valeur par rapport à leurs enregistrements des années 90), et Gustafsson lui-même exprime que
la barre est gigantesque. Qu'il le fasse à l'avenir
le défi !!! Grande musique, recommandation à 100%, probablement la première pour moi
candidat sérieux pour l'album de l'année!

Roscoe Mitchell Composition / Improvisation
Nez. 1, 2 & 3
(ECM, 2007)

Travail récent extrêmement ces dernières années avec le vétéran prolifique du free jazz Roscoe
Mitchell est un affrontement géant entre deux formations fascinantes au tournant du siècle
– Note Factory est le leader de cette société (ici dans la version quintette connue de
"Turn" et ensemble électro-acoustique Evan Parker (ici dans la version)
acoustique uniquement). Tout cela s'appelle – comment autrement – le transatlantique
Ensemble artistique et selon le titre est la première voix créative de Mitchell
exploration antinomie composition-improvisation. C'est près de 80 minutes de musique
en direct, enregistré il y a trois ans, et maintenant publié par ECM comme vous pouvez le voir
et il peut toujours s'éloigner de la zone de sons la plus proche du silence. avec
d'une part, nous avons des compositions relativement digestes qui s'adaptent facilement
le concept de musique contemporaine, d'autre part, parfois agressif, racialement libre
improvisations jazz. Personne ne gagne ce match, bien sûr. Il est équilibré
une proposition que nous aurions autrefois classée dans la catégorie Par le troisième courant. quelques-uns
Evan Parker a peu à dire ici, et c'est une petite déception de venir de
cet éditeur. Heureusement petit.

Joe McPhee et Paal Nilssen-Love Demain est venu aujourd'hui (SmallTown SuperJazz, 2008)

Avec le choix de rencontrer Paal Nilssen-Love avec Peter Brötzmann
("Sweetsweat") et avec Joe McPhee ("Tomorrow Came Today"),
J'ai opté pour ce dernier et j'ai prédit (assez correctement) que le premier
duos apportent du free jazz magnifique mais assez prévisible, combien
pour leurs réunions ont connu mes oreilles ces dernières années (avec une merveilleuse
"Fat Gone" à la barre). Alors Joe McPhee, saxophoniste et trompettiste
cependant séparés et moins – après tout – dans le monde ausculté. Quant à
La musique de Brötzmann est un courant de conscience rapide, c'est ainsi que McPhee se réunit
son chemin d'improvisation, plus de doute, et des moments de réflexion évidents.
L'effet – pour moi – n'est pas toujours étonnant, mais dans le bon sens
Généralement, Triu X a des conversations longues et superficielles.
Mais revenons à l'album actuel. Je m'attendais à un duo pour Nilssen-Love avec McPhee,
ce ne sera pas un morceau de pain facile. Notre batteur musical préféré
"Adehade" a fait face à un vrai problème comme ceux qui étaient pleins de réflexion
Remplissez les "lacunes" dans les improvisations de la conversation avec des tambours sanglants.
À mon avis, il en a réussi six. Tout tombe très convaincant et seul
McPhee a insufflé autant de beauté et de mélancolie que possible à cette musique.
Recommandation incontestable. Achetez immédiatement!

Grand Satan en direct
À Cognito
(Pistolet à vis, 2006)

La nouvelle version de l'une des trois gammes de Tim Berne actuellement en activité
– un brillant alciste derrière les grandes eaux. Big Satan Trio – tout mène, batterie
(Rainey!) Et la guitare (Ducret!) – dans une version double concert. N'apportez pas
rien de nouveau dans notre connaissance de la musique contemporaine de Berne, mais nous ne sommes rien de plus
nous ne voulons pas savoir. La musique coule vite et nous donne chaque élan
des visites intellectuelles plus profondes. De la bonne musique, mais rien
surprenant à ceux qui gardent une trace de Big Satan, Hard Cell et
Science friction

Maintenant, le groupe Baptême et fantômes (Pas deux, 2007)


Sous celui-ci
le nom original mortel cache un quatuor extrêmement intéressant – Roy Campbell tr, Mark
Saxophone Whitecage, Joe Fonda b, Lou Grassi dr.
Enregistrement de concert, i
au cours de laquelle le quatuor se transforme en quintette – sur scène
Les ciseaux de Marco Eneidi arrivent! J'avoue clairement que le concert a lieu
excellent. Très gratuit, mais très jazzy. Quatre compositions spécifiques
répartition des redevances très démocratique. J'aime particulièrement Mark
Gâteau blanc sur tout. Nous le sous-estimons grandement, chers fans! C'est incroyable. la
il ne manque pas d'agitka anti-buisson et … chante Roy Campbell!?!
C'est vraiment amusant. Après quelques positions moins impressionnantes de la percée
Il n'y a pas deux grands mois. Mark, continue comme ça!

Hobbs / Morris / Gris L'histoire de l'humanité (Pas deux, 2008)

Le premier contact avec cette musique s'est terminé avec une petite ambivalence pour moi,
probablement à cause du désir constant d'expériences esthétiques inédites. un
ici – en tout – une pipe plus une section et un jeu qui ne manque pas de jazz dans cette décennie
un peu plus tôt. Après quelques jours, cependant, j'ai décidé de le revoir
phénomène. Jim Hobbs, inconnu pour moi, saxophoniste et déjà une section
collègues acclamés et acclamés – Joe Morris (cette fois basse) et Luther Gray
(batterie). Très rugueux, ennuyeux, sans oublier l'épisode molaire gratuit. Et celui-ci
saxofonlyd! Il commence à intriguer avec chaque chanson suivante, même si ce n'est pas
le coup de foudre. Hobbs & # 39; jouer d'un côté avec des phrases saccadées
me rappelle Marco Eneidi, d'autre part, je me souviens généralement
Steve Coleman joue le rythme. Le produit est savoureux, peut-être pas
devient fou sur les listes de classement du journaliste de niche, mais ça vaut le CD
posséder et écouter souvent. Découvrez la beauté de cette musique lentement car elle aussi
il ne s'ouvre pas immédiatement devant vous. Je recommanderais!

Morris / Vandermark / Gris
rébus (Aliment propre,
2007)

Pas la première rencontre de Ken Vandermark avec le guitariste fou Joe Morris.
Cette fois-ci, le duo batteur Luther Gray fusionne avec un mouvement très spécifique.
Morris joue d'une manière inhabituelle – il est, bien sûr, la fondation harmonieuse
enregistrements (on ne sent pas le manque de basse), et sur ce fond un son net, parfois galbé
passages de guitare fortement psychédéliques (note: vous pouvez tomber dans une transe délicate).
Deux âmes dans un seul corps. En bonne forme, j'y trouve Ken Vandermark
vole certainement la vedette aux deux autres. Beaucoup de musique
improvisé, et comme nous nous souvenons de plusieurs exégèses critiques de KV – dans ce
la formule dure le plus longtemps. Pour moi – sans aucun doute –
le meilleur album avec la participation active de Vandermark depuis plusieurs mois. Et encore
Aliment propre portugais. L'année insolite pour ce label.

David S. Ware Quartet
renonciation (AUM
Fidelity, 2007)


Enregistrement de concert du quatuor David S. Ware de l'édition Vision de l'an dernier
Festival. Comme le rapporte la maison de disques, il s'agit du dernier enregistrement américain de ce
quartet. Quoi que cela signifie, la perte potentielle sera dans le genre de ces
"FATAL". Une grande formation qui joue toujours de la même façon
la musique elle-même, mais différente à chaque fois. La plupart des trans-charbon
le ténor de jazz moderne Ware, le grand pianiste Matthew Shipp,
William Parker unique à la basse et changeant de temps en temps
batteurs – crée une chanson depuis près de 20 ans. Dans le répertoire de ce concert
trois nouveaux fragments, comme d'habitude, par le chef. Un exemple de combien
la synergie peut être dans un quatuor de jazz traditionnel à condition que le ténor soit
il écoute ce qu'ils jouent. Même le grand Coltrane ne pouvait pas le faire assez
comme le fait David S. Ware.




William
Parker Les chansons intérieures de Curtis
Mayfield.
Vit à Rome (Rai Trade, 2007)

L'un de nos favoris, William Parker, en a décidé plus cette année
idées éditoriales folles impliquant des voix humaines comme éléments
dominant. Après une tentative très réussie d'enregistrer une piste alternative
Bande originale de "Alphaville" de Goddard (double quatuor incl
voix plus stricte; De plus, la prochaine version du quatuor de voix est déjà sur le marché –
"Raining On The Moon"), il a pris … les chansons de Curtis
Mayfield, telles plantes américaines à feuillage persistant (par exemple "People Get Ready"). sur
les besoins du concert ont réuni une merveilleuse crème de scènes de free-jazz (Hamid
Drake, Sabir Mateen, Dave Burrell, Darryl Foster, Lewis Barnes plus voix) et
a joué un concert vraiment ennuyeux et prévisible. C'est ridicule, c'est beaucoup
funky, les messieurs veulent parfois clairement courir sur des improvisations, mais ne le font pas
faire semblant parce que tout le monde est ici pour chanter des chansons banales. Pour moi
catastrophe, ne serait-ce qu'en raison de la composition incroyable, mais il y en aura certainement,
qui aime ça.

100nka & Herb Robertson
super désert (Pas deux,
2009)

Notre Stonka nationale (100nka) en étroite coopération avec le trompettiste impérialiste,
Herb Robertson. L'enregistrement a été réalisé lors d'une petite tournée de concerts
a eu lieu dans notre bon pays au printemps dernier. 100nka, probablement
certains connaissent ce trio de guitare contrebasse avec deux résultats
informations phonographiques (incluses sur ce site – rappelez-vous? jaune et
couvercle vert). Un enregistrement studio réalisé dans ma propre entreprise
personnellement n'a pas évoqué de sentiments particuliers, mais a déjà concerté les deux
avec et sans Robertson, c'est amusant que j'abandonne volontairement et avec
grand plaisir. Que ce soit confirmé
"Superpustynia." Improvisation libre, beaucoup de sonorité, super
batteur et trompettiste expérimenté qui, bien que dans sa production artistique
quelques enregistrements plus proches du jazz au milieu, c'est un improvisateur totalement gratuit.
L'éditeur célébré ici le prouve 100, a encore plus de pourcentages! Pas d'enregistrement
il dure trop longtemps, alors attrapons chaque son car ça vaut vraiment le coup.

Herb Robertson Trio + Marcin Oleś & Bartłomiej Brother
Oles Vivre à l'alchémie (Pas deux, 2007)

Le premier album avec les frères Oleś depuis longtemps, qui a vraiment hâte.
Trio pour le trompettiste exceptionnel Herb Robertson (avec une participation phénoménale de Frank
Gratkowski, probablement le saxophoniste et clarinettiste le plus sous-estimé
Scène européenne!) Et nos héros, en tant que section ajoutée aux besoins de plusieurs
concerts en Pologne. Un affrontement intéressant avec trois musiciens concentrés sur ce
configuration pour improvisation libre et une section jazz distincte. Quand les frères
ils ne font que créer un espace sonore pour improviser le trio, c'est extrêmement expressif
savoureux alors qu'ils évoluent vers des phrases de jazz plus évidentes,
la musique devient plus prévisible. Mais encore – le pic absolu cette année et
probablement en solo cette année – écoutez Gratkowski sur l'alto dans le quatrième numéro!

Trzaska /
Nielsen / Jorgensen volume:
essentiel
(Neuvième musique du monde, 2007)

Commentaire sur le compte rendu du concert de Gdańsk par Mikołaj Trzaska du Trio X
Je me suis permis de conclure que le saxophoniste était enfin entré
panthéon d'excellents musiciens de jazz modernes. Cet album s'appelle ainsi
point au-dessus de "et". Écoutez et vous comprendrez … Ceci est le quatrième album
Trzaski avec Friis Nielsen, le premier avec Jorgensen dans le cadre de sa majeure
L'éditeur danois Ninth world music (je recommande la quasi-totalité du catalogue!). chaque
le suivant est meilleur que le précédent et prouve l'incroyable progression du jeu
musique de la Vistule. C'est une excellente occasion de découvrir en profondeur les agents de crépitement
expressions, car même si l'album est fusionné, la pièce de Mikołaj est là
le plus. Un super album!
Soit Trzaska et Joe le prochain point de "i"
McPhee et Jay Rosen! Je me demande si le seul papier jazz est à l'intérieur
La Pologne notera que ces publications paraissent au milieu du lagon
nos stars de la musique locale. Pour la propagation, non
Je compte.

Vandermark
5 Cadeau annulaire (Pas deux, 2009)

Avec une peine indubitable, je signale que la dernière
éditeur de l'une des plus importantes formations de jazz contemporain
Vandermark 5 n'apporte pas de musique très excitante, il ne contient rien
que je n'aurais pas entendu dans les enregistrements de cet ancien quintette. Il le fait toujours
en fait très honnête jazz / free jazz, avec de grandes improvisations, mais quoi?
il diffère de ses prédécesseurs, par exemple, du rythme plutôt moyen
Lecteur "?

À mon avis, le Vandermark 5 a atteint son apogée à 13 heures.
multidisque immortel "Alchemy". Au départ du groupe de Jeb Bishop de
Je vois les perspectives des cinq dernières années comme une perte importante pour cette qualité
musique. Malgré l'attention considérable que je porte à Fred Lonberg-Holm, je suis irrésistible
l'impression que le V5 joue toujours la même composition et twin solo.
Ma déception est d'autant plus grande que "Annular Gift" contient
images réalisées dans l'Alchémie de Cracovie en deux et trois jours pour de vrai
un grand concert à Poznan Dragon (mars de cette année) où le groupe
a présenté un morceau de matériel décent, nouveau et très intéressant. Je me souviens
Les complications de composition intelligentes de Vandermark, une sonorité intéressante, un peu
expérimenter et rechercher une nouvelle formule dans le cadre de la formation avec des résultats
plus d'images que Bill Dixon a réussi à faire tout au long de son
quatre-vingts ans de vie. Malheureusement, je ne l'entends pas dans les enregistrements d'Alchemy.
Vandermark a-t-il choisi des versions moins innovantes pour ce CD?
Par respect pour les résultats de The Vandermark 5, aussi pour la joie qui en découle
le fait que je sors cet album en Pologne, je dédie "Annular Gift" malgré
l'ambivalence et les questions rhétoriques ci-dessus, cercle jaune.

Ken Vandermark / Barry Guy / Mark Sanders Feu de renard (Enregistrements Maya, 2009)


Notre saxophoniste de free jazz préféré Ken Vandermark entre hardiment sur le terrain
improvisation libre et rivaliser avec le champion d'Europe
la contrebasse Barry Guy et un remarquable, quoique quelque peu oublié,
Le batteur britannique Mark Sanders. Irish Maya nous présente pour deux
abattu des heures de musique délicieuse à la frontière du jazz et de l'improvisation totalement gratuite.
Nous nous souvenons également de plusieurs exégèses sur ce portail qui
la formule du Vandermark gratuit publié fonctionne le mieux, et cet enregistrement
la conviction m'affirme pour toujours. Bien que symptomatique,
La musique trio passe à un niveau cosmique lors de la formulation de la section rythmique
prend des fonctions de jazz plus typiques (voir: le plus long, troisième fragment)
premier disque, soit dit en passant, une composition signée par un saxophoniste). Quand le gars
avec Sanders, ils envoient Vandermark dans les eaux profondes aussi improvisation libre
plus économique en mots et pataugeant plutôt jusqu'aux genoux. Mais en soi-disant
toutes ces deux heures gratuites (sans conditions supplémentaires) sont défendues
grande. Un super album!

chose
avec Ken Vandermark immédiat
son
(Smalltown Super Jazz,
2007)

Chicago, avril de l'année dernière, une scène musicale de torpilles,
le groupe le plus haut de la scène musicale contemporaine (à l'exception de plusieurs groupes
death metal d'Olsztyn) – The Thing, ou Mats Gustafsson, Ingebrigt
Haker-Flaten et Paal Nilssen-Love et avec Ken Vandermark. Aucun d'entre eux
ne nécessite aucune autre recommandation. Du son même de leurs noms, le sang circule
plus rapidement à travers notre corps. Canon de 38 minutes, visant directement le vôtre
oreilles. Il ne fait pas de prisonniers. La quintessence de ce que nous attendons du free jazz
monde. Pas d'ornements inutiles, pas de discours musical. Vous martèlera
un fauteuil, et quand ça sonne, vous en demanderez immédiatement plus.

Territory Band 6 avec Fred Anderson Collide (Disque Okka, 2007)

Et pourtant vous pouvez, je dirais avec défi. Vous pourriez être un peu plus réticent
le monde présente vos nouveaux résultats musicaux. Ken Vandermark est terminé
l'année dernière avec un ensemble de trois disques Territory Band. Quantité à un prix
qualité. Heureusement, le nouvel album apporte avec lui la plus grande gamme de Vandermark
seulement du béton très résistant. Un concert de 50 minutes,
enregistré à Chicago en août dernier. Participation des invités par Fred
Anderson (valeur ajoutée absolue), un nouveau musicien TB – super
le guitariste David Stackenäs (c'est délicieux), une bonne dose d'électronique Lasse
Marhauga, contrepoint intéressant phrases improvisées (dialogue passionnant avec
Anderson au début du deuxième fragment huile toute la machine et l'épidémie
l'énergie ne peut pas être arrêtée jusqu'à la fin.) Il n'en a pas été ainsi depuis la 3e édition
un bon enregistrement de Territory Band. Recommandation complète!

atomique
Jours scolaires distiller (Okadisk, 2008)

Scandinavian Atomic construit avec succès un canon depuis plusieurs années
jazz mainstream de l'ère postmoderne. Ken Vandermark fait de même
l'arme musicale phare sous la forme de The Vandermark 5, a aussi – et peut-être surtout
tout – quelques jours d'école oubliés.

Pas seulement parce que les deux formations prennent en charge la même section rythmique
(Hacker Flaten, Nilssen-Love), les deux groupes dans la première moitié de cette décennie
s'est engagé dans un magnifique double ensemble de «salle d'assemblage nucléaire».
Cet éphémère apparemment éteint revient avec un enregistrement de concert à Chicago
Avril 2006 Et je veux vous dire que c'est un retour absolument victorieux.
Neuf compositions mordantes et heureuses (chaque membre est réalisé de manière créative)
Octet), mérite d'être admiré. C'est ainsi que je comprends le jazz moyen. Bon, gentil
sujet donné, grandes improvisations, coda perverse pour la finale. Du grand jazz sans
ressentiment pour l'innovation excessive. Gardez un œil sur tous ceux qui passent sous la bannière
Le jazz essaie de desserrer la musique pop. C'est du jazz !!!




Jeb Bishop
/ Harris Eisenstadt / Jason Roebke bris d'égalité (Pas deux, 2008)

Jeb Bishop, un excellent tromboniste, une fois beaucoup
nous connaissons bien le guitariste d'origine. Nous aimons les années très créatives
créer le son de l'un des derniers groupes de jazz les plus importants
décennies – Vandermark 5. "Tiebreaker" est un trombone à section rythmique,
ce qui n'est pas très populaire mais se produit dans la nature. Sur l'album Not
Deux, nous entendons un concert du "Re" Club de Cracovie, enregistré dans l'année
2006. Cet album n'est pas mon premier contact avec le travail de Bishop,
signé avec son propre nom. Et j'ai toujours la même pensée – cette musique,
bien que bien joué, il m'a porté, quelque chose de toute évidence manquant, non
intrigue, à chaque minute du concert, je me fiche d'elle …
Cette musique est emportée d'émotion. Je ne sais pas s'il s'agit d'un diagnostic précis (laissez tout le monde l'évaluer
seule), mais je ne lui reviens pas souvent.

Clayton Thomas mauvais
soi
(Gutstring, 2009)

Étoile montante de la contrebasse free jazz, australienne de 32 ans
résident en Europe) – Clayton Thomas, s'il vous plaît lors des derniers concerts en Pologne
a dû livrer (pour les billets de la Banque nationale de Pologne) sa production solo
"Bad Self" – publié au format CD-R. Qui vit au moins une fois Clayton
il a vu, il sait que c'est vraiment délicieux et extrêmement créatif
contrebasse capable d'extraire n'importe quel son de son instrument en utilisant
pour cet objet très étrange et même dangereux. Les effets se produisent
écrasante. Ici – dans le cadre de l'auto-création – il nous propose un voyage de plus de 70 minutes
basses fréquences hors route. L'album est magnifique, sonne parfois
Remarquable, mais je dois avertir les puristes du jazz que "Bad Self" est
assez minime de la frontière entre l'environnement ambiant et toutes sortes de jeux sonores
que l'improvisation jazz contrebasse. Nous écoutons très attentivement et apprécions
son en soi. propre
acoustique. Une assiette spéciale.

Michael
Quatuor Bisio En direct au Vision Fest. XII (Pas deux, 2009)

Je suis heureux d'annoncer un autre album fascinant,
délivré par Cracovie n'est pas deux! Quatuor de free jazz classique (donc sans
instrument harmonique), dirigé par le grand bassiste Michael Bisio, avec Jay
Rosenem à la batterie (nous connaissons les deux hommes de nombreuses versions de CIMP) ainsi que des plus petits
que je connais, mais les grands saxophonistes new-yorkais de la génération née en
noble des années 1960 – Stephen Gauci et Avram Fefer.
Le concert a été enregistré il y a deux ans lors de la douzième édition de Vision Fest. Deux compositions
leader (ajoutons qu'il est identifié assez précisément comme pour les armes à feu décentes
gratuit) magnifiquement "improvisé" avec un quatuor à succès
relation entre un peu de réflexion et une quantité importante de bruit fiable. recommander
les deux saxophonistes à votre attention immédiate car il ne suffit pas qu'ils sculptent magnifiquement
sons, ce niveau de collaboration est nettement supérieur à la moyenne. Et si
même le son du concert était plus sélectif, ce serait ma chance
plein (je recommande d'écouter dans la voiture plutôt que d'utiliser une classe décente
casque). Cependant – 110% de recommandation!

Pulsarus Rotoscope carré (Tone Industria, 2006)

Utilisation créative des résultats technologiques modernes
au niveau national. Electronique pour l'improvisation au sens moderne. la
favorable pour les débuts de la production "Digital Free Jazz"
changer le pianiste en un grand jeune alciste Olek Papierz (y travailler
version plus live)! Assez malchanceux, cependant, comme les débuts abandonnés
discuté (72 minutes). Mais peut-être que tous ces problèmes se posent
après tout par excès, non par manque d'idées. On croise les doigts pour la ficelle
plus loin.

Pulsarus Foire aux questions (Biodro Records, 2009)


La troisième édition de l'un des ensembles nationaux de jazz les plus intéressants s'appelle
Pulsarus, avec un titre charmant et phonétiquement intéressant "FAQ". Tout de suite
Je me porte volontaire pour l'évaluation "ZA", mais je vous préviens que je serai léger
pleurniché.
Sur les deux premiers albums ("Digital Free Jazz", "Squared".
Rotoscope "), la musique est née d'idées folles, et même si tout le monde n'y était pas
100% de succès (les enregistrements ont été "comptés"), écoutés
parfois haletant. Le nouvel album me semble aussi arrangé
correct, donc un peu moins innovant. Comme Dominik Strycharski lui-même
a noté dans l'une des interviews, le producteur Piotr Pawlak, qui est en lice
matériel d'enregistrement, adouci les idées des musiciens et certains d'entre eux
rejeté (bien sûr par une décision commune) pour inexistence acoustique. Une honte … Parce que
il manque juste une pincée d'imprévisibilité dans cette musique. Les invités sont venus, étoiles
on peut dire – Trzaska, Waglewski, Pierończyk. Et il n'y avait pas assez de place pour
enregistreur déconstruit électroniquement (Strycharski), fougueux
improvisation d'un alt (Papierz, un musicien sous-estimé à mon avis), ou
exploration de percussions intéressante, en particulier sur le site de l'acoustique et
batterie électronique (Rutkowski).
Après tout, la "FAQ" avec audace est défendue dans le contexte des résultats nationaux
la musique improvisée est extrêmement forte. Et il pourrait être encore plus élevé
comme on le sait, mieux vaut le bon ennemi.

Prés des ŁąkiŁanda (EMI, 2009)

Dans le cadre de la découverte d'une musique assez éloignée de l'esthétique diapasonale, une
recherche également de grands chefs-d'œuvre (voir: MetaMusic), non
Je ne recommanderais peut-être pas tous (!) Une publication exceptionnelle sur le marché polonais
phonographiquement – l'entité artistique s'appelle Łąki Łan !!! Six drogués
collègues de Mazovie et funk extrêmement énergique (avec ambitieux)
voyages à la batterie progressive (# 39; n & # 39; bass). Selon le portail populaire
sur les réseaux sociaux, cette musique sonne comme: mix de disco-funk rock & # 39; n & # 39; shock
styles !!! Textes surréalistes sur la vie entre faune et flore (comme d'habitude)
nous le savons, les mouches bourdonnent surtout et les insectes baguettes circulent de toute façon
la couche la plus importante pour la couche verbale ici est de construire une base rythmique pour
nos hanches tordues. Liberté, intransigeante, insolence artistique
de tirer parti de tout pour un seul but – pour nous rappeler que la musique
ce sont d'abord et avant tout des émotions, une énorme charge d'énergie et un merveilleux plaisir.
L'épice de ce jeu ajoute une image d'insecte et un surnom à tous les musiciens – mais après
les détails sont renvoyés à l'éditeur. Celui qui le goûte, je vous encourage
apprendre à connaître le visage du concert à Łąki Łan. Une telle torpille vous tuera déjà (comme
moi à l'Open & # 39; s de cette année.

Maciej Filipczuk méta-musique
(Samograj, 2009)

Un chef-d'œuvre au-dessus de la moyenne !!! Fiddler Maciej Filipczuk (Lautari, Transkapela)
ainsi que la section rythmique du Robotobibok tristement mort (une perte pour moi
irréparable) ou Marcin Ciupidro sur marimba et mog, et unique
drame Cuba Suchar (également en option). Repertoire? Mazurkas Kazka Ligne d'arrivée du village de Glina –
un authentique naturaliste Pilica décédé l'an dernier! pervertir
La mélodie de cette musique a quelque chose à voir avec l'esthétique d'Albert Ayler, et la transe apporte
à la pensée de la pur sang Miles Davis dans la première moitié des années 70 (comme
"Dark Magus" par exemple). Beau son clair et merveilleux
des violons qui pleurent et des jeux de section infernaux, surtout quand derrière
la fréquence est responsable de la possibilité de sondage cosmique. Remarque – écoutez
bruyant !!! Je m'envole – dans toutes les dimensions de notre réalité tordue!

ex 30 (EX Records, 2009)


Qui lèche la scène du rock anarcho-punk depuis trois décennies,
puisque le nom de l'équipage néerlandais The Ex dit tout. Ce n'était pas, ce n'est pas, et ce n'est pas
il y aura un conglomérat plus expressif de bonne musique impliqué
communication verbale et attitude artistique et sociale sans compromis après cela
partie de la mer.
Le groupe fête ses 30 ans. Malgré les origines rock évidentes, non
vous devez rechercher des connexions significatives des musiciens de The Ex avec le jazz et la scène libre pendant longtemps
projet d'amélioration. Les noms des guitaristes de la formation – Terrie The Ex et Andy Moor – sont connus par et
reconnaît probablement beaucoup. Tous les bons musiciens gratuits ont joué avec The Ex
Pays-Bas avec Han Bennink et Misha Mengelberg en tête (plusieurs centaines en commun
konsertów), z grupą konsertowali np. Ken Vandermark, czy Mats Gustafsson (pełna
list uczestników prawie 1.4 tysiąca konsertów dołączona do płyty !!!).
Wspominam ou tym wszystkim, parśmy mieli świadomość, dans The Ex to ważny element
szeroko pojętej kultury niezależnej starego kontynentu. Przez 30 lat ci sami
ludzie (prawie), la même idée, ciągle doskonała muzyka, cudownie ewoluującą od
ostrego guitarowego punka po wieloosobowe nagrania rockowe, ils sporą dozą
Improwizacji.
Jubileuszowe wydawnictwo, à wybór 33 utworów, dokonany przez samych muzyków
(sami też są od zawsze wydawcami swojej muzyki), ils sont très nagranych w
latach 1980-2006 pyt pyt grupy. Wspaniała uczta dla fanów, wielki materiał
poznawczy dla wszystkich, którzy pragną wiedzieć ou świecie muzieki więcej.
Wyjątkowe wydawnictwo!

Teksty zamieszczone pierwotnie na portalu diapazon.pl w ramach stałej rubryki "Za i przeciw", w latach 2006-09