Articles avec le tag ‘Bizet’

L’extension du cimetière du Bizet  fait couler beaucoup d’encre.

Laurent Dupuis journaliste présent au conseil communal, relate dans la Libre Belgique ce point figurant à l’ordre du jour:

la libre

Cimetière Bizet Conseil

Ph FASAM  ici dernièrement à Gagny

Ph FASAM ici dernièrement à Gagny

C’est une bien difficile décision que vient de prendre le conseil d’administration du Fasam orchestra.

En effet, vu les obligations professionnelles et d’autre part le manque de motivation  de bien des majorettes, il n’est plus possible de présenter un groupe convenable lors des sorties de musique.   Il faut respecter les contrats conclus avec les impresarios et cette année cela n’a  pas toujours été évident malheureusement.

Cette décision mûrement réfléchie, nous arrache le cœur et nous avons proposé de garder un groupe de twirling bâton qui pourrait présenter, lors de spectacles,  des shows et s’impliquer plus dans le sport qu’est le twirling.

Une page se tourne, plus de quarante années de bonheur pour les yeux des spectateurs se sont inscrites dans le grand livre du succès des majorettes bizétoises. Mais il faut être lucide et pragmatique, même si cela nous en coûte sentimentalement.

Merci à celles qui se sont dévouées et surtout à celles qui n’ont jamais failli à leur présence, au sein du groupe lors des répétitions et des défilés.

Mille excuses à tous ceux et celles qui ont toujours été des inconditionnels de nos demoiselles.

Une pensée aussi aux anciens qui seraient, tout comme nous, très déçus, malheureusement, bien souvent la réalité dépasse la fiction.

Sorcière

 

Avertissement,  si vous circuler au Bizet, ce dimanche 25 septembre, faites attention de ne pas attraper un coup de balai !

En effet, on vient d’apprendre qu’un atterrissage sur la place du Bizet est possible ce dimanche matin.  Et surtout vous risquez  de ne rien voir arriver, d’après la météo  le ciel sera bien bleu !

Bannière Louis 1

Je me dois de saluer ici la naissance d’un nouveau blog, mais pas d’un nouveau blogueur, il s’agit du blog personnel de mon frère Louis, dont vous voyez ici la bannière. 

Tout d’abord connu par ses commentaires incendiaires, mais souvent pertinents  sur les articles parus dans le blog de Damien, il s’est assagi et mis sa plume au service de l’actualité sur le blog de David.

Aujourd’hui, il décide de voler de ses propres ailes et je m’en réjouis.  Aller de l’avant,  est une devise que je partage avec lui, nos chemins sont parallèles, ils suivent la même direction, l’injustice nous est insupportable et  nos combats sont très souvent identiques, même si les mots pour les exprimer et la manière d’y arriver sont parfois différents.

 Je suis certain que son blog connaîtra le succès de part sa pertinence et sa qualité, mais aussi grâce à la disponibilité de Louis, à sa facilité d’écriture et à sa personnalité.

Félicitations et bon vent !

http://www.louisvandeskelde.biz/

La fête de la Brique a eu lieu ! Les flonflons se sont tus, Marie Cop’in deux a rangé sa nouvelle carcasse et sa tête repose au fond d’un grenier attendant la fête du Gheer pour aller  se dépoussiérer et retrouver ses collègues des villages voisins.

La ducasse c’est aussi l’occasion se retrouver et de se rappeler et d’évoquer des souvenirs.  Marie-Jeanne Dupon m’a envoyé une photo que je ne résiste pas de partager avec vous.  Elle a trente-cinq ans, c’est une réunion du comité des fêtes nouvellement créé qui se tenait au « Café des Copains », sur le coin de la rangée Dumez, anciennement « Chez Lamartine » que tenait Joël Carlier.

Comité des fêtes

Que de bons souvenirs et de mémorables prises de têtes…

Bien des années se sont écoulées depuis et plusieurs nous ont hélas quittés trop tôt. 

Debout de gauche à droite : Jacques Reybrouck, Roger Deblauwe, Maurice Dupon, Vincente Cordoba, Roland Vandamme, Didier Vandeskelde  (manque Christian Dewilde)
Assis de gauche à droite : René Laevens, Michel Verslype (secrétaire), Joël Carlier, Yvon Gryson, Odiel Deleu (président)

La semaine prochaine, le week-end de Pentecôte verra la Fête de la Brique au Bizet.  Depuis 37 années, je participe à l’organisation de cette ducasse.  En 1974, j’avais eu l’idée de confectionner un géant, plutôt  une géante que l’on baptisa : Marie Cop’in deux.   J’ai mis un mois complet le soir après le travail pour confectionner sa tête en papier mâché.

Tout d’abord assise sur un char, ensuite affublée d’une carcasse d’emprunt, mais toujours sur un char, elle déambula dans chaque cortège de la ducasse. Cette année, nous avons décidé de lui offrir un nouveau corps et c’est des mains de  Christopher Vanhamme, stagiaire à la Régie des Quartiers du Bizet, et bien sûr sous l’œil vigilant et les conseils de Fabrice Largilière, l’ouvrier compagnon, qu’est née cette nouvelle carcasse. Sans oublier les stagiaires de la Régie de Comines qui sous la houlette de Brigitte Zègres ont confectionné les amples vêtements que portera désormais Marie  Cop’in deux.

Son inauguration aura lieu le vendredi 10 juin à 19h30 après le départ de la course pour dames, rue du Touquet devant local de la Fasam.

Pour l’occasion, j’ai arrangé les paroles d’une chanson connue et nous chanterons sur l’air de Rose-Marie Polka la gloire de Marie-Cop’in Deux.

 

Marie Cop'in deux tête

 

Oui c’est elle la plus belle
Dans les environs
Ma riecop’ in deux
La plus belle bizétoise
Mais qui est-ce donc ?
Ma riecop’ in deux
Faut voir comme tous les hommes
Répètent son nom
Ma riecop’ in deux
Amoureux, ils veull’  qu’ell’ les enlass’, qu’elle les embrass’, pendant la ducass’,  
Parc’ que c’est ell’ la Rein’ de la ducass’
Marie Cop’ in deux

Formidable fête ce weekend, salle de sport du Bizet, où 230 musiciens se sont retrouvés toute la journée du dimanche pour apprendre 14 morceaux qu’ils ont interprétés lors du concert de clôture à 17h00.  Une réelle fête musicale entre musiciens.  Très impressionnant de diriger un tel orchestre, c’est vraiment un bonheur. Vincent a dirigé deux pièces, il m’a fait cette réflexion : c’est impressionnant, que c’est beau !

Photo 2011

Ce ne sont pas moins de 31 sociétés musicales qui y étaient représentées : Fasam Orchestra avec 54 membres présents, Tourcoing, Erquinghem-Lys, St Jans Cappel, La Chapelle d’Armentières, Coudekerque-branche, mais aussi de plus loin avec des musiciens de Valenciennes, Neuchatel-Hardelot etc…

Le public avait également répondu en masse et ce ne sont pas loin de 450 personnes qui avaient regagné la salle de sport.  Celles-ci ont été comblées par la qualité de l’exécution des différentes pièces jouées par ces nombreux musiciens et aussi par l’impression de grandeur et de force musicale dégagées par ceux-ci.  Un « bis » clôtura ce concert, musiciens et public  se donnèrent rendez-vous l’an prochain le 4 mars pour la prochaine édition des retrouvailles.

Après une journée d’étude ensemble, 235 musiciens de trente-et-une sociétés différentes, vous proposent de venir découvrir le formidable résultat de leur travail commun.

Retrouv 2010

Dimanche 13 mars salle de sport du Bizet à 17h00

Hier soir,  lundi, s’est tenu un conseil communal. S’il n’y avait pas beaucoup de points inscrits à l’ordre du jour, il y avait deux ou trois points importants. 

Notamment, le budget du CPAS, qui paradoxalement est déjà approuvé par la tutelle et devait encore avoir l’aval du conseil communal.  Après quelques explications de Georges Baelen président du CPAS, l’approbation fût prise par un vote positif d’  Action et du PS-Ecolo et négatif du MR.

Ensuite, Chantal Bertouille proposa une extension du cimetière du Bizet.  Bien que je suis persuadé qu’il n’y a pas péril en la demeure et qu’il reste bien de la place, on peut prévoir une future extension.

Cimet solut  1&2

Deux solutions sont envisageables (voir les photos), l’échevine proposa la solution à l’arrière du terrain de sport.  Je trouve cela très dommageable, cela empêcherait une éventuelle extension du complexe sportif et hypothèquerait l’avenir.  De plus,  cette extension serait difficilement  accessible, il faudrait voûter le ruisseau des Rabecques et trouver un passage entre les allées etc….

L’autre proposition, est la prolongation du cimetière actuelle vers l’arrière des garages de la rue du Touquet, solution bien plus cohérente qui ne gênera personne, excepté les trois propriétaires de ces terrains, mais de toute manière il faudra expropier quelqu’un.  Le conseil communal décida alors et Action, PS-Ecolo  votèrent pour cette dernière solution, MR pour l’autre.

Pour terminer cette séance, l’échevin Freddy Baelen annonça qu’il offrait un verre à l’occasion de son anniversaire qu’il fêtait ce jour là.  Bon anniversaire Freddy !

Le concert de Ste Cécile est l’apothéose de l’année musicale, c’est également l’aboutissement d’un travail de près deux mois de répétitions qui doivent être suivies intensément afin d’obtenir une homogénéité dans  le phrasé, les sons, les nuances.

Ste Cécile 2010Nous avons beaucoup de chance d’avoir à tous les pupitres des musiciens chevronnés qui suivent régulièrement ces répétitions. Un mélomane me dit à chaque Ste Cécile : j’aime le son de la Fasam, il est particulier et on ne le retrouve pas ailleurs. C’est le résultat de cette présence régulière.

Cette année est  certainement une très « grand cru » dans les millésimes des auditions de Ste Cécile. Après celle-ci, nous rencontrons le public à un vin d’honneur offert par l’administration communale et c’est le moment d’entendre à chaud les réactions.  Si le « Non je ne regrette rien » d’Edith Piaf  obtient « l’Oscar »,  tous les autres sont cités également  même si : « Russian Night, « The War of the Celts », « Salut d’Amour », « Jesus-Christ Superstar » reviennent plus souvent.

Après ces petites agapes et une petite nuit de repos,  la matinée sera consacrée à égayer le Bizet en déjanté et sera suivie par le banquet traditionnel servi en notre salle de « La Fanfare »

Photo: D.Vdk

Photo: D.Vdk

Honteux !  La firme Cnockaert voudrait encore fermer la rue d’Armentières pour 3 semaines, la station essence y compris, incompréhensible !  Le MET n’est pas d’accord (heureusement), mais c’est le blocage, il s’ensuit une situation dangereuse pour les usagers, principalement les cyclistes.  Deux grosses tranchées bordent la route et en face de la rangée des « douze apôtres » un bassin retient l’eau lors des pluies.

Il est temps que cette firme fasse le nécessaire pour terminer ces travaux au plus vite. 

Photo: D.Vdk

Photo: D.Vdk

A l’origine, la route ne devait pas être coupée, rien n’a été tenu comme engagement par cette firme et surtout pas en délais, j’espère que des indemnités de retard seront prélevées. A l’avenir, il faudra réfléchir avant de la désigner pour de tels travaux, elle montre son incapacité d’assumer ceux-ci.

D’autre part, pendant que les commerçants préparent leur étalage de Noël, que la commune va placer les guirlandes lumineuses, une banque vient placer deux conteneurs (oranges fluo affreux).  Ne pouvait-elle pas attendre le mois de janvier pour le faire ?  Le Bizet défiguré durant les fêtes de fin d’année, je comprends la grogne des commerçants.

Dimanche après-midi, alors que comme d’habitude à ces jours et heures d’affluence, le Bizet est saturé de voitures, un très gros véhicule s’y est aventuré.  Malgré que les voitures fussent bien garées, il était tellement large qu’il resta coincé au beau milieu de la rue des Trois Evêchés après en avoir accroché une.

Photo D.Vdk

Photo D.Vdk

Interdit au plus de 3t5, le centre bizétois voit défiler tous les jours de nombreux camions en toute impunité.

Cette fois, en plein dimanche après-midi, ce fut une pagaille monstre !  Un embouteillage indescriptible se forma aussitôt.  Le bus des TEC fut bloqué lui aussi au grand dame du chauffeur, mais aussi des passagers devant se rendre à Comines pour prendre le train. (Ce qui pourrait  coûter très cher au camioneur, en effet les amendes sont lourdes)

Des panneaux apposés depuis le centre d’Armentières interdisent le passage de ces poids lourds, mais certains chauffeurs n’en n’ont que faire et brave à qui mieux-mieux cette interdiction.

Celui-ci ne reviendra certainement plus, mais espérons qu’il raconte autour de lui sa mésaventure.

Ce weekend des 18 et 19 septembre la Fasam sera en fête.  En effet, il y a 40 ans naissait le groupe de majorettes.

Photo set de table majo 900

Aussi bien en groupe qu’individuellement, les majorettes bizétoises remportèrent de nombreux titres et prix.  A travers vents et marées,  malgré le désintéressement pour la discipline, elles continuent à charmer le public qui n’est jamais déçu de leurs prestations.

Avec les majorettes d’Huissignies, elles sont les dernières représentantes d’une époque où chaque société musicale se devait d’être précédée par une troupe élégante et souriante.

Outre les anciennes majorettes, deux  groupes, invités de marque, se produiront en la salle polyvalente le dimanche après-midi. A 14h30 la Fanfare de Mourcourt et à 16h00 un groupe hollandais le marching band  Deltaband de Vlissingem.

Vous pouvez trouver le programme des festivités en cliquant colonne de gauche sur « Royal Fasam Orchestra ».

Photo D.VDK

Photo D.VDK

Les « briqueteux » à l’honneur, en effet, comme annoncé un wagonnet ayant servi à acheminer l’argile des argilières à la briqueterie a été  placé sur le rond-point de l’Epine .

C’est un symbole, une reconnaissance d’un métier qui a nourri de nombreuses familles bizétoises.  Après la rue des Briqueteux, c’est une autre façon de la commune d’honorer le métier de la brique et de pérenniser ainsi son souvenir.

Bien sûr, il faudrait peut-être un musée pour faire comprendre et montrer aux générations futures comment ce métier était dur et harassant, mais ceci est déjà un hommage à ceux qui ont travaillé  la terre.

Bientôt, un autre wagonnet sera placé sur le rond-point du Faubourg et ce sera ainsi les deux entrées du Bizet qui seront placées sous le signe de la « terre à briques ».

«  Le mo’ d’juin cha vous dit rin, ché pourtant l’bon temps qui r’vin,

Y a lonmin qu’eun’ l’avot plus vu, ch’te  ducass’ ed’ Capell’ Rompue. »

(Paroles de Charles Logie)

Aquarelle d'Archange Carpentier.  col. D Vdk

Aquarelle d'Archange Carpentier. col. D Vdk

La première fois qu’on trouve sur un document une trace de Notre-Dame des Abeaux, cela date des années 1300.  Ensuite un oratoire fût construit  à cet endroit, démoli par les gueux en 1566, reconstruit en chapelle,  celle-ci est à nouveau détériorée en 1709. Plus tard, en triste état , elle est une nouvelle fois rebâtie en 1898 et  elle prend sa forme définitive après la première guerre mondiale. Elle porte bien son nom de Chapelle Rompue.

De nombreux pèlerins y viennent faire la neuvaine et particulièrement jusqu’à la seconde guerre mondiale.  Celle-ci se pratique encore, mais la renommée de Notre-Dame de Consolation, qui  aidait les vieilles filles à trouver un mari, disait-on, a perdu de son éclat.

La ducasse de « l’ Capell’ Rompue », comme les Bizétois la nommait, commençait un dimanche et durait 9 jours, le 11juin  (St Barnabé)  devant impérativement  y être. C’est donc du 6 au 14 juin qu’elle doit avoir lieu cette année.