didier 1003Je suis entré en politique en 1980, je me suis présenté pour la première  fois aux élections communales de 1982.  A  l’époque, on m’avait demandé combien je pensais avoir de voix, j’avais répondu que j’en savais rien.  Après avoir insisté, j’ai répondu: j’espère obtenir comme le conseiller ploegsteertois, 300 voix. Tout au long de la campagne, les socialistes bizétois m’ ont appelé « trois cents ».  J’ai été élu conseiller en octobre 82 avec 298 voix.

(Ci-contre, la présentation qu’on avait faite de moi en 1982)

Ne pouvant siéger du fait de mon statut d’employé communal, Gilbert Deleu m’a proposé de me présenter à la présidence du groupe, j’ai été élu à ce poste début 1983, mon mandat a été plusieurs fois renouvelé et je suis encore à l’heure actuelle président du groupe.

Ce ne fût pas de tout repos, et particulièrement  lors des négociations fédérales nous imposant un « statut spécial » comme au Fourons.  Loi qui prévoit que la minorité linguistique peut être représentée au Collège Echevinal. Chez nous, n’ayant pas de liste flamande, c’est l’opposition qui obtient des échevins. Accompagné de Gilbert Deleu et JJ Vandenbroucke, pour défendre nos intérêts, nous avons eu le triste privilège d’entendre au boulevard de l’Empereur, André  Cools nous dire : « On s’en fout de Comines » de voir pleurer de rage et taper du pied Guy Spitaels  et d’être lâché par le président du PSC de l’époque Gérard Deprez.  Cela se termina par une vibrante marseillaise lors du congrès PSC d’acceptation  de l’accord et ce fût la dissidence. Nous nous sommes constitués en groupe politique et avons pris le nom d’ « AGIR».  Six ans après, un groupe liégeois d’extrême droite ayant pris le même nom, « AGIR » est devenu « ACTION ».

Maystadt1Dans le cadre de cette fonction, j’ai pu rencontrer les présidents du PSC & cdh: Gérard Deprez, Philippe Maystadt, Charles-Ferdinand Notomb, Joëlle Milquet, mais aussi les ministres Grafé, Lebrun, Antoine, Forêt, Lutgen, Dardenne, Darras… A chaque fois, c’était pour revendiquer notamment la suppression de notre statut, mais aussi pour défendre des dossiers cominois: RN 58, agriculteurs, Zoning, mobilité,logement etc…..

(ici avec Philippe Maystadt et Gilbert Deleu)

Revenons en 1988.  Cette année-là, je me suis présenté à l’élection du conseil du CPAS, élu, je fût le dernier conseiller CPAS ayant le statut d’employé communal, une loi parût le 1er janvier 1995 interdisait ce cumul. Ayant été élu en octobre du fait du statut spécial  la loi ne me concernait pas. Dans toutes les autres communes belges n’ayant pas notre statut, elle s’appliquait  puisque les CPAS étaient installés le 1er avril 1995.

Provincelu1Entre-temps, et très régulièrement à l’époque, le gouvernement chutait et nous devions retourner aux urnes. L’élection provinciale était couplée aux élections de la Chambre et du Sénat. C’est Comines qui menait la liste des cinq candidats de l’arrondissement de Mouscron-Comines et nous obtenions également la 4ème place.  Gilbert Deleu en tête, comme on ne pouvait voter que pour un seul candidat, il fallait un kamikaze pour la 4ème place et ce fût moi.  Quand Gilbert Deleu devint Bourgmestre, j’ai obtenu cette tête de liste et j’ai été élu conseiller provincial le 24 novembre 1991.  J’ai du alors démissionner de mon poste d’employé à l’administration communale et devenir animateur économique à l’IEG, poste qui était vacant.

(lors des cérémonies officielles)

régie

Réélu en 2000 et 2006 comme conseiller communal et provincial, j’ai été nommé président de la société de logement Lysco, j’ai accepté la présidence de l’ASBL Re-source,  qui a pour objet social, la formation, la réinsertion et la remise à niveau, sous l’impulsion de Gilbert Deleu,  Bourgmestre, j’ai créé les Services d’Activités Citoyennes de Comines et du Bizet dans le cadre de la régie des Quartiers, et depuis peu j’ai été désigné comme président de la Régie Foncière de la ville. Je suis également membre de la commission des travaux.  Ces tâches, je les excerce avec le maximum d’attention et avec le plus d’énergie possible.

Maintenant, en 2012, je viens d’être réélu et le 3 décembre j’endosserai l’écharpe scabinale.

Mes attributions d’échevin seront connues sous peu.                                                                                 (Ici en compagnie des stagiaires de la régie du Bizet)

Etre conseiller communal, vaut parfois de se retrouver couché sur une planche à dessin d’un carricaturiste.  Ici, en l’occurence par Michel de Witte.

3 réponses à to “Mon parcours politique”

  • John:

    Beau parcours,beaucoup d’heures au service des gens et toujours à l’écoute de la population,bravo et surtout merci.

  • louis vdk:

    Ah, si les fusions s’étaient opérées de manière différente, j’aurai peut-être eu un frère bourgmestre !!!!

  • louis:

    tu ressembles un peu à Walter VDB en caricature mdr

Laisser un commentaire