Marie amoureuse …

Marie amoureuse invo un « sms » à sin nouvéuw  p’tit copain :
-  Ernest, chi t’es in train d’ dormir, invo-meu tes rêv’s.
- Chi t’es in train d’ rire, invo-meu tes sourires.
- Chi t’es in train d’ braire, invo-meu tes larmes.
- J’ t’aime !
Et Ernest li répond  :
- J’ sus au p’ti tchun!
- J’ t’invo cé quo?

Nénesse et l’bulletin

Nénesse vint ichi tou’t d’sut’ ! Ouais,  J’arriv’ Pa…

Nénesse, quess que ch’est que ch’traval’ ?   J’vins d’trouver tin bulletin sul’ tab’, Mais quoqu’ ché qui ss’ pass’ ? 

 Mais pa…      Tais teu quin j’parl’ ! Mal poli ! …   Zéro in orthograph’,

Pa ch…     Tais teu quin j’parl !.. Deux in calcul !!! ….Zéro in histor !!…. Zéro in géographie !!!  Mais quoqu’ché qui ss’pass’ ??? …..

 Pa.. ch’..     Tais teu j’tai déjà dit quind j’parl’ !  Deux in rédaction : un point pour l’encr’ et  un point pou l’ papi !   bravo !

 Mais Pa,  ché….         Tais teu j’té dit !.. Te parleras quind j’aurai  fini ! Malpoili !   Et j’continue !:  N’apprind pas chés lecons ! Fais el con in class’ !!  Mais quoqu’ ché qui ss pass’ ?  T’as invie de fair’ mourir et’  mèr’ ?

Mais quoqu’ ché qui ss pass’ ?  Que s’ que ché que’ss  traval’ ?   Te peux m’expliqui ?

Mais Pa, te m’laich’ pas parler…       Vas-y asteur te peux…

Eh bin, ch’é pas min bulletin, ché l’ tin qu’in a r’trouvé hier avec maman en rangeant el guerni !…..

 

Toto à l’école

Ch’est Toto qui arriv’ à s’n’écol’, et tertous rigol’te bin d’li : t’as bin ed’ grand’ s’orèl ed’ lapin ! In colèr’ i’s’retourn’ à ch’majon.  Sul’ rout’ i rincontr’ Marie Cop’in deux. Ell’ vot qu’i a un gros chagrin, alors ell’ l’i dit, vin ichi t’assor sul’ bin et racont’ me quo qu’ché qui va pon.

Il li racont’ que tout l’mond’ li dit qu’il a de grand’s orèll’ ! Alors ell’ li dit : mais non min p’tit lapin, ell’ sont fin bielle tes orèles, mais quind te promèn’ à l’campagn’ fais  quand-mêm’attention aux chasseurs!

 

Bidasse et l’ réverbèr’

Bidasse  i’ a bu  des cercles et des tonneaux, i’ veut s’in aller du bistrot.

Su’l’trottor i’ se’ cogne contre un réverbère et i tcheux à terre.  I’ s’relèf’ et in partant i’ r’cominche à s’cogni sul’ mêm’ réverbère. Alors à quat’ patt’ i’ r’tourne au bistrot.

El’ patron li dit : Quo’qu’ché Bidasse té d’jà ervenu ?

Ouais, j’vais m’in aller quind y aura moins d’mond’ sul’ trottor 

 

Bidasse et le boucher

Bidasse i rintre dins el’ bouch’rie que l’ père de s’copin’ i tint.

Bonjour Hector, ej’ vins pour ed’mander el’ main de t’ fill’

Cha garchon, qui li dit el’ bouchi,  cha ej’ peux pas t’ donner,

 par cont’ i’ m’rest’ des pids d’cochon…

 

Marie et s’patronne

Marie Cop’in deux, ell’ veut eun’ augmintation à s’patronne.

Alors eus’ patronn’ ell’ li dit :

-          et pourquo cha ? t’as des raisons pour me d’minder cha ?

-         Ouais, j’en ai tros, dit Marie.

-         Dis foc !

-         Eh bin, el’ premir ché que ej’ fais mi el cuisin’ que ti !

-         Ah bon et qui ché qui dit cha ?

-         Ché Môssieur !

-         Ah bon et el’ deuxièm’ ?

-         Ej’ fais mi el repassage que ti

-         Ah bon et qui ché qui dit cha ?

-         Ché Môssieur !

-         Ah bon ? et el’ trosième ?

-         Eh bin, ej’ fais mi l’amour que ti !

-         Ah ouais, et qui ché qui dit cha ?

-         Ah cha ché el’ jardinier qui m’ l’a dit !

-         Combin qu’te veux ?

 

Dans l’hélicoptère…

Alexander Decroo, Bart de Wever et Jean-Marie Dedecker y sont dins in hélicoptèr’  el’ premi i dit aux deux aut’ :

Vous savez tisot’ ej’ pourro échter un billet de 500 € et fair’ un flamin heureux.

Ouais i dit De Wever mais mis ej’ pourro in échter 10 de 50 € et fair’ 10 flamins heureux.

Oh la qui dit Dedecker,  mi j’pourro in échter  50 de 10 €  et fair’ 50 flamins contint.

Alors Bidass’ el pilote i dit à sin vijin :  is rintent pas compte que mis ej’ pourro échter chés tros connards déhors et fair’ 11 millions de Belges heureux.

 

Chez el’ pharmacien…

Eune fèmm’ intre dins eune pharmacie et el’ deminde : ej’ pourro avor ed l’arsenic ?

Pourquo fair’ ? i l’y deminde el pharmacien.

-Ch’é pour tuer em’ hom’ … !

- Quo ? Ché eun’ blagu’ ?  Euj’ peux pô vous vind’ eun’ séquo qui peut tuer quelqu’un !

El fèmm ‘ , ell’ ouv’ sin cabat, et ell’ in sort  eun’ photo de s’homm’  in train ed’ baji avec el’ fèmme’ du pharmacien.

-Ah, là évidammint, i li dit el’ pharmacien, chi vous avez eun’ ordonnance,  ché différint, ….

 

Tinus et sin bul’tin,

Ch’est Tinus (el garchon à Bidasse) qui dit à sin mêt’ d’écol’ en li rendant sin journal ed’ class’ :

-J’ voudro pas que vous vous turlupinez, mais sam’di, min pèr’ i’ a dit que si j’n’avo pas ed meilleux pônts à min bul’tin el mos t’chi vin, i’ a quekq’chun qui va s’prindre un sacré coup pi au tchu !

 

Bidasse à l’hospice,

Bidasse, i comminche à vieuzir fortemin, eus’ famil’ ell’ l’i dit qui devro intrer à l’hospic’.  Ché pas eud gaité t’cœur, mais i s’rind compte que ché el meilleur’ solution.

I dmind à sin garchon de l’condur’ et eud fair’ les papis pour eus n’admission.

Y’arriv’ à l’hospice et y va dins l’bureau du directeur avec sin garchon et i rimplissent  les papis.  Eune infirmière li explique les heures des repas etc… out à coup Bidasse i s’pinche fort d’un côté, l’infirmière el’ le vô fair’ et tout d’sute comme el’ crôt qui va t’cheure elle le remet drot.  Un ptit peu après, i s’pinche de l’aut’ côté, et l’infirmièr’ se dépêche de l’redresser,  et pus tout d’un coup i s’pinch’ en avant et la l’infirmièr’ el’ le remet drôt et el’ l’attaqu’ sul caïelle avec eune ceintur’ qui iest fait pour.

Après qu’el’ dossi i est in ordt’, sin garchon li d’mind : alors, Pa, te va t’plair’ ichi ? et Bidasse li répond : ouais, mais a mot’ qui vont jamais m’laichi péter à m’n aiss’.

 

Bidasse i a l’ drisse,

Bidasse i bô un verre  « A Mou Mimi » et chu eune fos, i sin un nœud dins sin vint’. I va chez Jules et i est foc assis su’  l’ trôn’ qu’i intind :

-         Salut, cha va ti ? 

Saisi su l’ coup, i s’ dit ché queqch’un qui m’ connôt,  alors i répond :

-         Eeuu…., Ouais cha va .        I intind alors :

-         Quo qu’te fais ed biau ?

-         Bin comme ti… j’fais caca, j’ai l’drisse.

Alors, i intind :

-         Ecoute, j’te rapell’ pac’ qu’i a un arsoul’ qui répond à t’plach’ à toutes mes questions.

 

Bidasse au Cinéma Palace,

Ch’est Bidasse qui va au cinémô du tchun,  « Ciné Palace », k’min des Rabecques, in face du sinti del Planque. Cha te dit rin ? Ché pac’que té trop jeun’!

Infin soit, i rinte dins l’cinémô,et  i d’mind à l’caissir’ un titchet.

I’est à pein’ intré qu’i r’sort et i acat’ un deuzièm’.  I rinte dins l’sall’ ed nouveau, mais i r’sort aussi vit’.  I r’tourn à l’caisse et i racat’ un trosième titchet.

Eune minut’ après, i est à d’nouveau là et i veut en acater un quatrièm’ .

Alors el caissir’ el’ li dit : pourquo te veux encor’ acater un titchet , j’ t’en ai déjà vindu tros ?

Alors,tout penaud, i li dit :  j’sais bin mais cha fait tros fos que quand j’rinte,  i a un ersoul’ qui est à l’porte et qui l’arrach’  in deux !!

 

Marie et l’armor,

Ché Marie qui accate eune armor’ ché  IKEA,  mais es’n hom’ y s’fou toudis de’s tronche parc’ qui dit qu’el’ sait pont bricoler.  Alors, el’ se dit in el’mêm, j’va l’faire mi mêm’.

El’ se débroul’ pas mal et l’armor el’ comminch’ à ersonner à eune séquo. Mais quand el’a fini, y a un autobus qui passe din l’rue et l’armor el’ tché comme un mont d’brin !

El’ ercomminche, mais quand el’ bus y r’passe, patatrac tout ché à ter’.

El’ busit et el’ va chèr sin vigin pour qu’i li donne un coup d’main.  El vigin y er’monte el tout, mais dès qu’ euch’ bus y passe patatrac !! tout ché à ter’.

Y eurcomùinch incor’ eune fo, et y s’dit, j’vais aller vire une din quo qu’ché qui va pont.

A pein’ eun’ dins, s’n hom’à Marie y rintr’ dins l’maison, y vos ch’t’armor et y dit à Marie quo’ qu’ché t’as fait des folies ?  Y’ ouv’ el’ port’ ed l’armor, et y vo el’ vigin alors ch’ti ci, y dit tout penaud, te vas pas ‘m cror ‘ si ch’te dis qu’j’attinds l’autobus hein ?

 

 

Marie et sin Pépère,

Marie Cop’in deux, toudis t’chote, elle rind visit’ à sin grand’père et ell’ li dit: Pourquo qu’té tout rouch à t’fitjur’ comme cha? Sin grand’père li dit qu’ché pac’que ché l’été et su’l mobylette el solel y tape.

Al  Noé, elle revint l’vir et comme y’est toudis tout rouch’ elle li dit : à ch’t’ heur qu’ché l’hiver pourquo qu’té incore toudis rouch ? Sin grand’père réponds, y fait fro déhors et avec el’ vitesse cha piqu’ à s’figur su’l mobylette.

Alors la grand’mère prind el boutel de gros rouche, la donne à Marie et li dit : passe foque el mobylette à tin pépère.

 

 Marie à l’confesse,

Marie Cop’in deux elle a l’ache de fair’ es’ communion, elle dot aller à confess’. Dins s’confessionnal, el’ dit à ch’ brave t’churé : min père j’ai péché par vanité, ah ? dit le t’churé étonné, quo qu’ché qu’te fais pour cha ?  J’eum ravisse toudis dins l’glache et jem’ dis : oh c’qu’ té belote Marie!

Eus t’churé y’éclat’ eu d’rire et li dit : ché pas eune pénitence qui t’faut, ché eune bonne paire eud’ leunette.

 

Marie et l’Prince Charmant

In matin, el mère à Marie ouf el porte del chambe de s’fille.

Marie, jusse révéli lui raconte cheut histor’ :

Hier sor, quand j’ me prom’no dins l’parc, j’ai intindu un drôl de bru,  chéto com’ qui diro eune plainte.  J’me su rapproché et quo qu’ ché qu’j’ai vu ? Eune bielle guernoulle qu’y avo s’pat èn d’sous d’eune branque et qui pouvot plus s’in aller.

J’me su rapprochée et ch’est alors que j’l’ai intindu parler.  Elle me disot, prind me, libère me et armène me à t’baraque.  Chi te fais cha, et que teum mets su t’ norelli, d’main matin quand te va t’révelli te trouvra un bien biau Prince Charmant.

Et alors qu’elle dit s’mère ? Evidemint, j’l’ai armené et elle a t’nu  promesse, ravisse com’ y est biau min prince !

Vous croyez cha tysote ?   Non …..?    Rassurez-vous s’mère non plus !

(Pardonnez-moi si vous trouvez  des fautes, je n’ai jamais appris à écrire le patois.)

21 réponses à to “Les Radotaches de Marie Cop’in deux”

  • JOSEPH Francis:

    En v’là in bon momint !
    @ ‘el pèr’Joseph.

  • louis:

    trop cool, moi, je ne sais absolument pas écrire le patois. Par contre le parler et le comprendre, pas de problème. 50 ans de visite chez Jubin ca paye mdr. Même que, quand l’ex PJ a du l’entendre sur un meurtre, c’est moi qui ai du faire l’audition. Les « dikenek » ne comprenaient ni a ni d’ja

  • Lorsque j’étais enfant l’on m’a conté l’histoire de Marie, baptisée « cop’in deux », le fait que sa réplique a été en patois « eh ben coupe le un deux »! , aussi,je ne me souviens plus de quoi il s’agissait? est-ce quelqu’un connaitrait la réponse ?

  • Marie Cop’in deux, était une dame française, grande et maigre, habitant le Bizet France et qui venait régulièrement en Belgique, elle portait un long manteau et avait des cheveux longs négligés, autant que je m’en souvienne, j’étais enfant.
    On appelait en patois « Cop’in deux » de « Copé in deux » des personnes de grande taille.

  • Frédéric BARBIER:

    Marie cop’in deux a s’prmonene dans ché bo du mont d’la hute pour kere des champignons. El tomp nez à nez aveuc eune garnoule.
    « Mi ch’te cono, té l’garnoule magic et si j’te fé un béco té va t’trinsformé in Bio Prince »
    L’garnoule el répon  » Mi j’chu ch’crapeau, ché pa un béco que j’ve……….mi fo qu’on m’chuche ».
    El fin mot d’l'histoire, c’est q’in saura jamais in quoi ech’crapeau i s’a trinsformé. Marie Cop’in deux, el l’a jamis dit….

  • Es Laurent:

    Effectivement Didier, « Marie cop’in deux » comme tu la nommes était une dame qui habitait au Bizet-France à côté du petit magasin d’alimentation dans une minable baraque en bois. Si elle avait de longs cheveux négligés, c’est peut-être qu’elle ne disposait pas de tout le confort que tout un chacun peut espérer à l’heure acutelle. Tous les vrais bizétois (s’il en reste encore, l’on connue). Mais, je crois que c’était plutôt une pauvre femme, un peu simple d’esprit dont tout le monde se moquait. Une pauvre femme qui avait été abusée, au propre comme au figuré, et qui se réfugait régulièrement chez les « Soeurs » du Bizet qui l’aidaient. Moi, personnellement, je pense que cette dame a assez souffert de son vivant pour que l’on évite de se moquer d’elle maintenant…

  • Je crois que l’on ne parle pas de la même personne Laurent, je ne l’ai qu’à peine connu, alors, vu la différence d’âge entre nous… Mais, comme je l’ai raconté plus avant, dans le temps on affublait facilement les gens de surnom, et dès qu’il y avait une grande femme c’était une Marie Cop’in deux. De plus, celle dont je parle, habitait près du pont de l’Attargette.
    A l’origine, les « radotaches de Marie cop’in deux » c’était les nouvelles rapportées par notre géante, dans les années 70, dans notre petit journal musical « Musifamille ».
    Et rassure toi, il n’y a aucune moquerie vis-à-vis de cette dame, j’aurai pu tout aussi bien dire: les radotaches de Tubercule, de Maria Ouate, de Mathilde de’l banse ou encore de Maria du Gaz des surnoms donnés à une certaine époque.
    Il faut dire aussi que l’on donne aux géants, des noms de personnages, qui ont existé et qui faisaient partie du folklore local:
    Jean Prout, Sophie Patard, Mélanie, Baptiste, Freutche….

  • louis:

    je parle plus de marie, mes commentaires sont censurés!!!!! Mais Maria du gaz ca c’était une chouette grand mère hihi et Bidasse alias Strop et tit Louis avec sin capiot, toudis d’in l’fossé et des zotes incore et bientôt y aura mi lol

  • josé pauwels:

    il y avait également au bizet ,messe 10h,un trés brave homme qui aprés la messe 10h qui ne ratait jamais n’avait pas d’heure pour rentrer ,ca femme faisait les frites chez lindeboom il passer a l’arriere du batiment pour avoir ca portion que ca femme lui remettait.
    il avait travailler a l’expo 58 il etait tres bon macon (quant il etait ajeun

  • Je crois, José, qu’il s’agit bien de Bidasse, qui en effet, ajeun était très bon maçon, sa femme Madeleine Nartje, travaillait chez Simone Lindeboon, ils habitaient rue du Centenaire.

  • josé pauwels:

    en effet didier je croit qu’il s’agit de bidasse.
    une autre personne tout aussi sympa me vient en tete ,il s’agit de charlot qui habitait pres de la douane ces soeurs tenait le magasin de cigarettes a coter de chez dehaene .
    quant il y avait une séance de cinéma au bizet on pouvait le voir assis sur le seuil de porte une grosse heure avant l’ouverture des portes

  • Bien sûr, José, je m’en souviens très bien, il n’attendait que s’ouvrent les portes du cinéma . Le magasin c’était chez Augusta Bouchery, qui après est devenu un primeur « chez Johnny » et à l’heure actuelle un salon de coiffure. Entre les filles Dehaene et Augusta il y avait la Kredietbank tenue par Albert (de la banque :-) ) remplacé par Odile Deleu et comme employé Michel Schollaert.

  • Véro:

    Ce ne sont pas plutôt les filles Huys dont tu veux parler ? Elles vendaient du tissu mais aussi du tabac. Dehaene c’était au Drapeau français chez Godelieve.
    Charles Bouchery avait toujours un béret et un tablier gris.

  • Tu as raison Véro, mais il y en avait une qui était mariée à Hector Dehaene, ils habitaient entre le « Drapeau Français et les filles Huys qui tenaient un magasin de tissus. Je me demande même si elle n’était pas modiste, je crois voir des casquettes et des chapeaux à l’étalage, mais c’est très vieux.

  • josé pauwels:

    il y a eu confusion entre bidasse et messe 10h.
    bidasse habiter rue du centenaire et messe 10h a la ferme entre la chapel rompue et le nouveau rond point la ferme étant retirer de la route.
    pour charlot véronique a raison pour charlot une soeur vendait du tabac et l’autre du tissus d’ailleurs il y avait une porte interieur qui communiquer d’un magasin a l’autre.

  • Véro:

    je me suis rappelée de leur prénom. Hélas, à nos âges la mémoire commence à faire défaut ! C’est Julia qui était mariée avec Hector Lahoute et l’autre était célibataire et s’appelait Germaine. La femme d’Hector Dehaene c’est Godelieve ! Je ne sais plus trop si c’était chez Godelieve ou chez les filles Huys qu’on vendait des casquettes et des chapeaux. Faudra demander à des anciens

  • Très juste José, Jules messe 10h00, c’était le mari de Maria Ouate, ils étaient fermiers, maintenant chez Claude Gadenne.
    Oula! Oui tu as raison Véro, on en mélangerait ses pinceaux, c’est vrai qu’il y a longtemps!

  • louis:

    moi j’ai vu bidasse dormir dans « les pierres » au Bizet France avec le visage enduit de traces de limaces et de la vase de la becque jusqu’au genou. Il dormait si bien que j’ai passé mon chemin hihi

  • josé pauwels:

    dans un domaine plus sérieux il y avait au ploegstert un gars que l’on surnomer TON TON il était organiste a l’église de ploegstert et il venait en dépannage au bizet pour jouer de l’orgue également ,il venait en vélo avec son panier en ausier fixer a l’avant de son vélo ;a cette époque la déja il avait le crane raser (fort a la mode actuelement).
    je croit qu’il chanter (je serait gentil) un peut faux.

  • Oui, José, Gaston était organiste à la paroisse de Ploegsteert. Une anecdoteque Robert Hujeux m’a racontée:  » un jour, j’étais demandé pour aller jouer à une messe de mariage avec Marcel Defives (organiste professionnel) et une fois au jubé, Marcel s’aperçoit qu’il n’y a plus de pédalier. Voyant Gaston, il lui demande ou il est parti, Gaston lui répond: je l’ai démonté chaque fois que je posais mon pied, cela faisait « pouuut pouut ». Mais c’était un sacristain dévoué, rabroué régulièrement par le curé Druart, j’étais à l’époque employé à la mairie de Ploegsteert, et j’ai été témoin de ces algarades.Il a fini ses jours à la maison de repos de Ploegsteert.

  • Je suis d’accord avec les avis precedents

Laisser un commentaire