Photo D.VDK

Photo D.VDK

Les « briqueteux » à l’honneur, en effet, comme annoncé un wagonnet ayant servi à acheminer l’argile des argilières à la briqueterie a été  placé sur le rond-point de l’Epine .

C’est un symbole, une reconnaissance d’un métier qui a nourri de nombreuses familles bizétoises.  Après la rue des Briqueteux, c’est une autre façon de la commune d’honorer le métier de la brique et de pérenniser ainsi son souvenir.

Bien sûr, il faudrait peut-être un musée pour faire comprendre et montrer aux générations futures comment ce métier était dur et harassant, mais ceci est déjà un hommage à ceux qui ont travaillé  la terre.

Bientôt, un autre wagonnet sera placé sur le rond-point du Faubourg et ce sera ainsi les deux entrées du Bizet qui seront placées sous le signe de la « terre à briques ».

10 réponses à to “Hommage aux « Briqueteux »”

  • MDW:

    Deux wagonnets pour le prix d’une seule promesse ! En tant que Briquetiers, pouvait-on espérer mieux ?
    Mais, si mes souvenirs sont bons, le square de l’Epine ne devait-il pas servir à l’érection d’une oeuvre d’art issue du premier prix du concours Art-Terre ? Un événement qui devait récompenser une oeuvre éphémère. Quelle contradiction n’était-ce pas ?
    Quoiqu’il en soit, c’est bien mieux ainsi !
    Merci, Didier, pour ce symbole et cette reconnaissance !

  • Très très bonne initiative

  • Tout à fait Michel, il y avait une intention d’ériger une oeuvre d’art (Art-Terre), mais celle-ci étant beaucoup trop fragile, elle n’a pas pu être placée à cet endroit. Je ne sais ce qu’elle est advenue, certainement dans un « train’car » comme bricaillon à boucher des trous :-) , là, je suis médisant, malheureusement je crois que c’est la stricte vérité.

  • rudy:

    Très bel hommage aux briqueteux.
    Ce wagonnet à benne basculante faisait partie d’un réseau ferré industriel à voies étroites totalement méconnu des amateurs ferroviaires et hors du commun, car probablement le dernier à avoir été en activité en Belgique.
    Le parc de traction se composait de quatre locomotives Diesel identiques à deux essieux, construites par la firme Moës de Waremme. Numérotées 6001 à 6004, chaque machine avait sa propre couleur: 6001 en vert, 6002 en jaune, 6003 en rouge et 6004 en orange. Une cinquième machine grise, hors service, servait de magasin de pièces.
    Le parc de matériel remorqué comportait une centaine de wagonnets pouvant transporter deux tonnes d’argile. Chaque convoi était constitué de 10 à 18 wagons, la locomotive étant intercalée au milieu de la rame.
    Après chargement de la première tranche de wagons, celle-ci était détachée et dérivait de quelques dizaines de mètres. Cette façon de procéder facilitait le freinage de la seconde tranche sous la trémie de chargement, car seule la locomotive était freinée.

  • MDW:

    Mon cher Didier,
    Cette oeuvre, réalisée par un Anversois, représentait, avec beaucoup d’imagination, la proue d’un bateau sortant de l’eau, et devait avoir une longueur de quelque 5 m, et une hauteur d’homme. Si ma mémoire est bonne. Le matériau utilisé était uniquement des « poutres stalton » invendables que l’artiste avait enfoncé dans le sol obliquement et maintenu par un remblai de terre.
    Médisance ? Non ! Mais je crois toutefois que ce concours n’a jamais été réservé aux candidatures locales !

  • TOTO:

    Encore un beau symbole pour faire connaitre Le Bizet / Ploegsteert, très bonne initiative que de rendre hommage à tous les anciens et nouveaux briqueteux.

  • Clalet:

    C’est vrai, j’ai cru voir quelque chose, au milieu de la pelouse …. entre deux camions stationnés !!

  • louis:

    Bel hommage pour les ouvriers des briqueteries

  • Martial:

    Il ne manque plus qu’un éclairage adéquat pour mettre tout cela en valeur.

  • beghin guy:

    se serai un plus d’avoir la loco ?

Laisser un commentaire