Plusieurs d’entre vous auront été étonnés que depuis un moment que la rubrique « Mes lectures » n’a pas fait l’objet de publication, en effet depuis plusieurs mois,  j’essaye de rattraper mon retard dans les revues hebdomadaires ou bi et trimestrielles que j’avais délaissées quelque peu.  Ensuite anniversaire et Noël furent l’objet de cadeaux sous forme de livres genre chronique et dans lesquels je me suis plongé avec avidité.

Le plus intéressant fût sans conteste « Les Plus Grandes Catastrophes à Travers l’Histoire»  où l’on vous parle des éruptions volcaniques, tremblements de terre, des tsunamis,mais aussi des guerres et du terrorisme en passant par les épidémies, sécheresses et incendies.

tranchéesLors de mes vacances 2009, en panne de livre, je me suis rendu à la Fnac de Tulle pour y acheter un ou deux livres de poche.  J’ai été attiré par un titre : Frères de tranchées de Marc Ferro.  Celui-ci traite des fraternisations qui eurent lieu dans les tranchées durant le conflit 1914-1918, dont beaucoup d’entre-nous ont eu des échos de leurs  grands-parents, qui nous contaient les matchs de foot entre soldats des deux camps, aux époques de Noël – Nouvel an.

 Frères de Tranchées traite de ces fraternisations tout le long du front et rapporte des tas de témoignages que celles-ci eurent lieu à n’importe quel moment de l’année et durèrent presque toute la guerre avec des codes entre les deux armées pour ne pas éveiller les soupçons des officiers supérieurs de chaque camps.

J’ai été surpris que l’on y parle du Bizet et de Ploegsteert, je vous en  livre quelques lignes dans la rubrique « Mes lectures ».

Une réponse à to “Frères de Tranchées”

  • Philippe Mouton:

    Belle trouvaille à la Fnac de Tulle. Très concrètes descriptions, très belles. La musique adoucit les moeurs, ne dit-on pas? Si Dewever était musicien on pourrait rêver, mais l’est-il, même en rêvant? Quelle bête comparaison me direz-vous??? C’est à se demander ce qui touche les gens, ce qu’il faut comme décor pour les faire s’émouvoir sur la condition de leurs semblables. Nous n’avons pas de guerre de tranchées, mais le chômage, la dépendance aux addictions, le logement précaire, la crise financière, etc… Allez musiciens, dans la rue la musique j’inventerais bien quelques paroles et d’autres aussi…Très beaux textes vraiment de ces soldats dans les bois du Gheer.

Laisser un commentaire