Archive pour 2010

Dessin blog Manu Paz

Dessin blog Manu Paz

Le clarificateur reçoit les présidents de partis ayant participés aux négociations.  Il rendra ce lundi 18 octobre son rapport au Roi.

Bart De Wever a dit depuis les élections qu’il n’a pas envie de faire une coalition avec le centre-gauche.  Il cherche donc à prouver qu’avec les partis actuels il n’est pas possible de la réaliser.  Lui et son parti, pourquoi sont-ils incontournables ?  Si la NVA gagnante en Flandre doit être au gouvernement, il doit en être de même avec les gagnants du sud du pays.

Mais n’y a-t-il pas une autre solution ?

Pourquoi les gens raisonnables de notre pays ne font pas comme à Anvers (pour contrer les gagnants) un cordon sanitaire ?  Tous les partis démocratiques et croyants encore en une Belgique composée de Flamands, de Wallons, de Bruxellois et de Germanophones devraient s’unir et composer un gouvernement d’union nationale, de trouver une solution aux problèmes communautaires (ils y sont presque, ils le disent et le répètent) et ainsi arrêter ce cirque orchestré par la NVA . Le but recherché par celle-ci étant à terme la disparition de la Belgique, elle n’aura de cesse que lorsqu’il sera atteint.

Les sondages montrent que les partis participants aux négociations font encore de meilleurs résultats, mettons donc la NVA hors jeu !

Mais, cette solution est peut-être trop simple, d’autres enjeux se cachent certainement, pardonnez-moi d’être naïf, laissez-moi rêver en un monde d’entente cordiale…

canne blancheCe 15 octobre est la journée de « la canne blanche ». 

C’est en 1921 que James Biggs un photographe britannique  qui ayant perdu la vue suite à un accident a eu l’idée de peindre sa canne en blanc afin d’être plus  visible par les automobilistes.

Mais c’est en 1930 que Guilly d’Herbemont, une jeune parisienne, eut l’idée de munir les aveugles de cannes de la même couleur que les bâtons utilisés par les agents de police de l’époque, qu’ils pourraient lever pour demander aux automobilistes de s’arrêter, et ainsi pouvoir traverser. Elle a donc décidé d’adresser un courrier au directeur du quotidien « L’Echo de Paris » pour lui exposer ce problème ainsi que la solution qu’elle a trouvée. Celui-ci a publié sa lettre, et alerté le préfet de police qui autorisa l’usage de la canne blanche pour les aveugles et les malvoyants.
Cette initiative audacieuse et novatrice fut bientôt connue et suivie, tant en France que dans le monde entier.

C’est en 1969 que les Nations Unies ont instauré une journée de la canne blanche fixée au 15 octobre.

majoDimanche après-midi, nous avons pu assister à un spectacle formidable.  Pour les quarante ans des majorettes, la Fasam avait mis les petits plats dans les grands.

En effet après les shows des majorettes ayant passé leur degré, c’est la Fanfaria de Mourcourt qui nous a emmenée  sur des rythmes cubains vers le moment  crucial de cette après-midi : le show d’anciennes majorettes.

Au départ Sylvia avait eu l’intention de faire un show individuel, mais les anciennes capitaines ayant eu vent lui ont demandé de pouvoir faire un show commun.  D’autres ont également demandé plus tard, mais par manque de bâton ce fut impossible.

Ce fût un résultat superbe !

Ensuite ce fût le Delta band qui marqua le public par la sonorité de ses cuivres, et enfin le Royal Fasam Orchestra égal à lui-même exécuta un superbe show sous les ovations répétées du public.

Photo JC Gaquière

Photo JC Gaquière

Ce samedi avait lieu les épreuves pour l’obtention des degrés au twirling bâton. Elles consistent à effectuer des mouvements imposés avec le bâton,  bien sûr aussi avoir de la grâce et de l’enchaînement dans les figures.

Du premier au quatrième degré, avec des difficultés grandissantes ces demoiselles, très stressées,  nous ont permis de regarder un beau spectacle.

Douze majorettes avaient pris part au concours.  Sept seulement ont réussi. Les autres représenteront leur épreuve l’an prochain, une année à mettre à profit les leçons de cette journée .

Dimanche après-midi, alors que comme d’habitude à ces jours et heures d’affluence, le Bizet est saturé de voitures, un très gros véhicule s’y est aventuré.  Malgré que les voitures fussent bien garées, il était tellement large qu’il resta coincé au beau milieu de la rue des Trois Evêchés après en avoir accroché une.

Photo D.Vdk

Photo D.Vdk

Interdit au plus de 3t5, le centre bizétois voit défiler tous les jours de nombreux camions en toute impunité.

Cette fois, en plein dimanche après-midi, ce fut une pagaille monstre !  Un embouteillage indescriptible se forma aussitôt.  Le bus des TEC fut bloqué lui aussi au grand dame du chauffeur, mais aussi des passagers devant se rendre à Comines pour prendre le train. (Ce qui pourrait  coûter très cher au camioneur, en effet les amendes sont lourdes)

Des panneaux apposés depuis le centre d’Armentières interdisent le passage de ces poids lourds, mais certains chauffeurs n’en n’ont que faire et brave à qui mieux-mieux cette interdiction.

Celui-ci ne reviendra certainement plus, mais espérons qu’il raconte autour de lui sa mésaventure.

Ce weekend des 18 et 19 septembre la Fasam sera en fête.  En effet, il y a 40 ans naissait le groupe de majorettes.

Photo set de table majo 900

Aussi bien en groupe qu’individuellement, les majorettes bizétoises remportèrent de nombreux titres et prix.  A travers vents et marées,  malgré le désintéressement pour la discipline, elles continuent à charmer le public qui n’est jamais déçu de leurs prestations.

Avec les majorettes d’Huissignies, elles sont les dernières représentantes d’une époque où chaque société musicale se devait d’être précédée par une troupe élégante et souriante.

Outre les anciennes majorettes, deux  groupes, invités de marque, se produiront en la salle polyvalente le dimanche après-midi. A 14h30 la Fanfare de Mourcourt et à 16h00 un groupe hollandais le marching band  Deltaband de Vlissingem.

Vous pouvez trouver le programme des festivités en cliquant colonne de gauche sur « Royal Fasam Orchestra ».

j-m nOLLETLe Ministre du logement a été l’invité des équipes populaires samedi dernier à Comines.

Après avoir présenté les nouveautés de sa politique du logement, le Ministre s’est prêté aux questions-réponses des personnes présentes.

Présent, j’ai pu ainsi lui poser quelques questions concernant notre société de logement, les agences immobilières sociales dont Lysco joue le rôle ainsi que lui faire des remarques quant au nouveau règlement de la société wallonne du logement.

Une nouvelle réforme aura lieu dès octobre et notamment dans l’attribution des logements. Je reviendrai sur ce sujet dès la réception de cette modification.

J’ai pu également lui remettre un projet d’habitation modulable dans le cadre d’un appel à projet avec à la clef 200.000 euros de subside.

Il est toujours intéressant de pouvoir rencontrer un ministre, lui exposer les réalités du terrain en espérant qu’il en tienne compte dans les futures décisions.

Photo D.VDK

Photo D.VDK

Les « briqueteux » à l’honneur, en effet, comme annoncé un wagonnet ayant servi à acheminer l’argile des argilières à la briqueterie a été  placé sur le rond-point de l’Epine .

C’est un symbole, une reconnaissance d’un métier qui a nourri de nombreuses familles bizétoises.  Après la rue des Briqueteux, c’est une autre façon de la commune d’honorer le métier de la brique et de pérenniser ainsi son souvenir.

Bien sûr, il faudrait peut-être un musée pour faire comprendre et montrer aux générations futures comment ce métier était dur et harassant, mais ceci est déjà un hommage à ceux qui ont travaillé  la terre.

Bientôt, un autre wagonnet sera placé sur le rond-point du Faubourg et ce sera ainsi les deux entrées du Bizet qui seront placées sous le signe de la « terre à briques ».

Ces trois lettres font frémir !

Photo Arte

Photo Arte

 

On se foutrait de  nous qu’on ne s’y prendrait pas autrement, ou alors je suis un grand naïf!

Tout le monde sait pertinemment bien que ce qui coince chez nous au niveau gouvernemental,  depuis plusieurs années, c’est BHV !  Et que fait-on ? On négocie,  depuis près de trois mois, de tout et n’importe quoi,  sauf  de BHV !

Evidemment ça recoince !  N’aurait-il pas fallu commencer par là ?

Tout ce temps perdu, toute cette énergie développée pour rien !

Et pourquoi ? Pour défendre les intérêts de francophones (pour la plupart des nantis) qui ont décidé de s’installer en région flamande par intérêt financier ou autre (mais par intérêt) et qui n’ont pas su s’intégrer.

Nos grands-parents et parents ont su, ici à Comines, Ploegsteert, Warneton etc…le faire, pourquoi pas eux?  

On va encore sacrifier sur l’autel communautaire des régions qui n’ont rien à voir avec ces problèmes.

Mesdames, Messieurs les négociateurs, sachez que le peuple aspire à vivre en paix et à trouver du travail afin de faire vivre décemment sa famille, qu’il tient à  son bien-être, à la sécurité sociale et à tous ses acquis sociaux , que les querelles linguistiques ou autres sont loin de ses préoccupations ou de ses soucis.

Photo D.Vdk

Photo D.Vdk

Aujourd’hui, j’ai envie de vous faire partager un petit coin de nature, calme et reposant.  Ce lieu, je l’ai choisi pour mes vacances, il y a de nombreuses années.  Les propriétaires,  Evelyne et Victor,  sont charmants et vous accueillent chaleureusement.

Il se situe en Corrèze, près de Tulle, dans une jolie commune nommée Ste Fortunade au hameau de La Geneste.  Sur une butte, entourée de bois et de prairies, celui-ci se compose de quelques habitations.

Entre Brive la Gaillarde et Tulle, les deux villes les plus importantes de la Corrèze,  la région fourmille de site à visiter, les cascades de Gimel ou de Murel, l’abbaye et le canal des moines d’Aubazine, le dolmen de Paulliac, Collonges-la-Rouge et un peu plus loin Roccamadour et le Gouffre de Padirac…

Corrèze giteSans oublier les « Marchés du Pays » mais aussi les marchés hebdomadaires, et vous ne pouvez que penser à la chanson de Georges Brassens, lorsque vous passez entre les étales des paysans locaux vendant leurs légumes… (Au marché de Brive-la-Gaillarde, à propos de bottes de d’oignons,  quelques douzaines de gaillardes se crêpaient un jour le chignon…)

C’est aussi le pays des champignons : Cèpes de Bordeaux, Bolet à tête noire, Girolles, Pieds de Mouton, Trompettes de la Mort (la truffe du pauvre), qui vous fond de merveilleuses omelettes, sans oublier également la gastronomie locale, la Farcidure et le Milliassous faits avec de la pomme de terre et bien sûr le Fois Gras….

Les restaurants ne sont pas légions, mais suivez le conseil de vos hôtes, ils vous indiqueront des tables riches, mais pas chère comme le vin d’ailleurs.

Un chalet pour deux personnes avec piscine, et un gîte pour 4 personnes vous accueillent à des prix plus que démocratiques.  A voir dans la colonne de droite cliquez sur les liens  sous « Idées vacances » pour plus de renseignements.

La période des vacances étant propice à la lecture, j’en ai profité pour me plonger dans un roman du terroir.

Photo: Site A. Bobèche

Photo: Site A. Bobèche

 

Maintes fois encensé par les critiques, Adrien Bobèche écrit depuis son jeune âge, en effet, il reçoit son premier prix littéraire à l’âge de 14 ans.  Il devient romancier avec La Fille de la Meunière qui vient d’être réédité aux éditions De Borée.  Jean Giona salua la parution de ce livre en déclarant qu’il aurait aimé l’avoir écrit lui-même.  

L’histoire se passe en Berry, je vous en dévoile quelques lignes dans « Rubrique » : « Mes lectures »

Photo D.VDK

Photo D.VDK

Caracole, vient de l’espagnol qui désigne dans cette langue un escargot.

En été, la pluie en vacances n’est pas nécessairement de mauvais augure, si elle ne dure pas trop longtemps.  En effet, après un bel orage, sortent les gastéropodes qui font,  une fois cuisinés un régal dans nos assiettes.

Cette année, j’ai eu la chance de pouvoir ramasser quelques dizaines d’escargots  dit de Bourgogne (Helix promatia), bien que ce ne fût pas dans cette région que je sévis sur cette engeance.

Après les opérations de jeûne, de dégorgement, d’ébouillantage etc…, qui nous prennent du temps et meublent notre temps libre, le meilleure moment est celui ou le mollusque se retrouve sur la table prêt à être dégusté.

Voir dans : « Mes recettes de cuisine » deux façons de cuisiner les escargots suivant l’espèce ramassée.

Attention, le ramassage est règlementé pour l’escargot de Bourgogne, sa coquille doit être d’au moins 3cm et il est interdit de le ramasser du 1er avril au 30 juin.

Photo: Dromadaire.com

Photo: Dromadaire.com

Le 21 juillet, fête nationale belge est l’anniversaire de la prestation de serment du premier roi des Belges, Léopold 1er le 21 juillet 1831.

Etudiants, voisins et autorités pour la photo souvenir. Merci aux amis photographes.

Etudiants, voisins et autorités pour la photo souvenir. Merci aux amis photographes.

Eté solidaire vient de connaître sa sixième édition et c’est la  résidence  « La Douve » à Warneton qui a été choisi pour cette activité citoyenne.

En effet, depuis cinq ans Lysco engage des étudiants pour un job d’été de 15 jours. Subsidiés par la Région Wallonne, c’est neufs emplois d’été permettent d’améliorer un quartier d’habitations sociales.

Aidés et encadrés par les ouvriers de la société ces jeunes ont bien travaillés durant ces quinze jours.  Ils ont aménagé deux pistes de pétanque, le sentier  traversant la plaine, une aire de convivialité avec bancs et table et aussi une canisette (aire pour les besoins de nos amis canins)

Une bonne initiative qui permet aux jeunes de  se rendre utiles tout en recevant un pécule de quoi se permettre de petites vacances bien méritées.

On fête aujourd’hui 14 juillet, St Camille de Lellis.

Saint-Camille de Lellis est le patron des personnes malades, des hôpitaux, du personnel hospitalier et des infirmières.